SVT

Ici, on s'intéresse à tout, du vivant jusqu'aux cailloux !

6ème

Partie 3 Chapitre 1 Origine de la matière des êtres vivants

Rédigé par M. Doyen - -

I] Comment montrer que les êtres vivants produisent la matière qui les constitue ?

On réalise régulièrement des mesures de la masse et de la taille d'un être vivant puis on représente leur croissance sous forme d'un graphique.

A1 : la croissance de l'escargot. Construire un graphique à partir de données dans un tableau

A2 : la production de matière chez la lentille. Faire germer des lentilles et réaliser un graphique de croissance

IMPORTANT : à consulter absolument ! Comment construire correctement un graphique?

 

On peut montrer que les êtres vivants produisent de la matière en mesurant l'augmentation de leur masse et de leur taille au cours du temps, c'est-à-dire leur croissance.

La matière produite par un être vivant est appelée de la matière organique.

Tous les êtres vivants sont des producteurs de matière, c'est-à-dire qu'ils produisent leur propre matière à partir de celle qu'ils prélèvent dans le milieu.

Croissance : augmentation de taille et de masse d'un être vivant au cours du temps.

 

Quelques exercices pour s'entraîner

Classé dans : 6ème - Mots clés : aucun

Chapitre 2 Le peuplement d'un milieu au cours des saisons

Rédigé par M. Doyen - -

Introduction

Le peuplement d'un milieu désigne tous les êtres vivants présents dans ce milieu.

Observons deux images prises au même endroit mais à deux saisons différentes : l'été et l'hiver. Quelles différences constate-t-on ?

Entre les deux images, le peuplement a changé: beaucoup de végétaux ont disparu, les feuilles des arbres sont tombées, les animaux ont disparus, etc.

Si l'on revient au même endroit l'été suivant, les végétaux et les animaux sont revenus.

Que sont-ils devenus pendant l'hiver ?

Lire la suite de Chapitre 2 Le peuplement d'un milieu au cours des saisons

Classé dans : 6ème - Mots clés : aucun

Partie 2 Chapitre 1 La colonisation du milieu par les végétaux

Rédigé par M. Doyen - -

Comment les végétaux, qui sont immobiles, peuvent-ils s'installer dans un nouveau milieu ?

Les végétaux produisent des graines qui vont être transportées. Lorsqu'on étudie une plante, on doit pouvoir trouver les graines

I] Où se trouvent les graines sur la plante ? Comment la plante produit-elle les graines?

Activité n°1 et 2 : où se trouvent les graines sur la plante? De quoi une fleur est-elle constituée?

Les graines produites par les plantes à fleurs se trouvent à l'intérieur des fruits.

Comment le fruit se forme-t-il? Plus on se rapproche de la fleur de moutarde, plus le fruit est petit. C'est sûrement au niveau des fleurs que naissent les fruits. Observons donc en détail les différentes parties qui constituent la fleur de moutarde (voir activité n°2).

Une fleur est constituée de différentes parties appelées les pièces florales :

  • les sépales qui protègent la fleur avant son ouverture;
  • les pétales colorés qui permettent d'attirer les insectes;
  • les étamines qui produisent le pollen. Ce sont les parties mâles de la fleur.
  • le pistil qui contient les ovules. C'est la partie femelle de la fleur.

Exercice d'entraînement

Légende entièrement le schéma de la fleur d'abricotier ci-dessous :

Activité n°3 : que faut-il pour qu'une fleur se transforme en fruit?

Exercice d'entraînement à l'interprétation d'expériences

Compléter le tableau de l'activité n°3 à partir des expériences en bas de la page 63 du livre de SVT.

Pour qu'une fleur se transforme en fruit, il faut que du pollen d'une fleur se dépose sur le pistil d'une autre fleur. Le pollen va féconder les ovules dans le pistil : le pistil se transforme en fruit et les ovules se transforment en graines. C'est la pollinisation. Elle se fait le plus souvent par les insectes ou les oiseaux.

II] Comment les graines produites sur la plante peuvent-elles se déplacer vers le milieu à coloniser ?

Activité n°4 : la dispersion des végétaux par les graines

Correction activité n°4

Les fruits et les graines présentent certaines caractéristiques (ailes, crochets, etc.) qui permettent leur dispersion par le vent, les animaux ou l'eau. Une fois parvenue dans un nouveau milieu, la graine peut germer et donner une nouvelle plante.

disperser : répandre au hasard.

III] Comment la graine peut-elle donner une nouvelle plante ?

Pour le savoir, il faut ouvrir une graine (exemple : de haricot) et regarder à l'intérieur.

Activité n°5 : dessin d'observation d'une graine de haricot coupée en deux.

Une graine contient une petite plante miniature appelée un germe ou un embryon. La graine contient aussi des réserves de nourriture situées dans un ou deux cotylédons.

Activité n°6 : les étapes de la germination du haricot

IV] Quelles sont les conditions favorables à la germination des graines ?

On va chercher les différentes conditions indispensables à la germination des graines en utilisant la démarche expérimentale. La démarche expérimentale comporte plusieurs étapes.

Étape n°1. Formuler un problème

Au départ, on se pose un problème écrit sous la forme d'une question :

quelles sont les conditions favorables à la germination des graines ?

Étape n°2. Proposer des hypothèses

Ensuite on propose une ou plusieurs idées pour répondre au problème : ces idées sont des hypothèses. Pour chaque hypothèse que l'on propose, on peut prédire les résultats que l'on devrait obtenir si l'hypothèse est vraie.

Pour notre problème, on peut en proposer plusieurs :

Hypothèse n°1 : Les graines ont besoin d'eau pour germer.

Prédiction de l'hypothèse n°1 : Si les graines ont besoin d'eau pour germer, alors des graines placées dans un endroit sec ne devraient pas germer.

Hypothèse n°2 : Les graines ont besoin de lumière pour germer.

Prédiction de l'hypothèse n°2 : Si les graines ont besoin de lumière pour germer, alors des graines placées dans un endroit obscur ne devraient pas germer.

Hypothèse n°3 : Les graines ont besoin de chaleur pour germer.

Prédiction de l'hypothèse n°3 : Si les graines ont besoin de chaleur pour germer, alors des graines placées dans un endroit froid ne devraient pas germer.

Hypothèse n°4 : Les graines ont besoin de terre pour germer.

Prédiction de l'hypothèse n°4 : Si les graines ont besoin de terre pour germer, alors des graines placées hors de la terre ne devraient pas germer.

Une fois que l'on a terminé de proposer des hypothèses, on peut alors construire, pour chaque hypothèse, une expérience pour la vérifier.

Étape n°3. Construire les expériences.

Pour l'hypothèse n°1, je vais donc faire l'expérience que j'ai proposée dans ma prédiction : je place les graines dans un endroit sec.

ATTENTION : il ne faut surtout pas oublier de faire une expérience témoin : je vais mettre des graines dans un endroit avec de l'eau et je pourrai ainsi comparer les deux expériences !

Je fais un schéma de mon expérience :

Pour l'hypothèse n°2, et suivant le même principe, je fais l'expérience suivante:

 

Pour l'hypothèse n°3, et suivant le même principe, je fais l'expérience suivante:

Pour l'hypothèse n°4, et suivant le même principe, je fais l'expérience suivante:


Étape n°4. Décrire les résultats pour chaque expérience et conclure.

Résultats expérience n°1 (7 jours) : dans la boîte avec l'essuie-tout humide, les graines ont germé, dans la boîte avec l'essuie-tout sec, les graines n'ont pas germé.

Conclusion: les graines ont besoin d'eau pour germer.

Résultats expérience n°2 (7 jours) : dans la boîte placée à l'obscurité, les graines ont germé. Dans la boîte placée à la lumière, les graines ont germé.

Conclusion : les graines (de lentilles) n'ont pas besoin de lumière pour germer.

Résultats expérience n°3 (7 jours) : dans la boîte placée au froid, les graines n'ont pas germé. Dans la boîte placée à température ambiante, les graines ont germé.

Conclusion : les graines ont besoin de chaleur pour germer.

Résultats expérience n°4 (7 jours) : les graines placée dans la boîte avec de la terre ont germé. Les graines placées dans la boîte avec de l'essuie-tout ont germé.

Conclusion : les graines n'ont pas besoin de terre pour germer.

À RETENIR DE CETTE PARTIE

avoir compris la démarche de mise en place des expériences et le vocabulaire utilisé (hypothèse, expérience témoin, résultats, conclusion)

connaître les besoins des graines pour germer à partir des résultats expérimentaux (voir étape n°4 ci-dessus).

V] Certains végétaux ne produisent jamais de fleurs. C'est le cas de la fougère. Comment ces végétaux font-ils pour coloniser un nouveau milieu?

Il faut observer une feuille de fougère à l'œil nu puis au microscope. Sous la feuille de fougère, on remarque un grand nombre d'amas colorés en jaune: ce sont les sporanges, qui contiennent les spores.

Activité n°7 : observation au microscope de sporanges de fougère et réalisation d'un dessin d'observation à partir des images du livre de SVT pages 64 et 65.

Sous les feuilles des fougères, se trouvent des petits sacs microscopiques appelés des sporanges. À l'intérieur des sporanges on trouve de minuscules spores. Les spores sont libérées quand il fait sec, elles sont transportées par le vent, et germent pour redonner une nouvelle fougère.

VI] Comment les plantes peuvent-elles coloniser un nouveau milieu sans produire ni graines ni spores?

Activité n°8 : se reproduire sans graines ni spores : la reproduction ou multiplication végétative

Pour la correction de l'activité, voir les documents du livre SVT page 67 ou l'image ci-dessous.

Certaines plantes peuvent envahir un milieu sans produire ni graines ni spores. Une nouvelle plante se forme directement à partir de la plante mère ou d'un morceau de la plante mère : c'est la reproduction végétative ou multiplication végétative. Par exemple, la fougère peut donner de nouvelles feuilles de fougères grâce à une tige souterraine appelée un rhizome (voir livre SVT page 67). Le fraisier peut donner de nouveaux fraisiers grâce à une tige aérienne appelée un stolon (voir image f page 67).

On peut cultiver de nombreuses plantes rapidement en utilisant un morceau d'une plante (une tige, une feuille, etc.) que l'on replante directement dans le sol: c'est le principe du bouturage. Voir livre SVT page 66 ou document ci-dessous.

 

Quelques exercices pour s'entraîner yes

 

Classé dans : 6ème - Mots clés : aucun

Partie 5 Diversité, unité et parenté des êtres vivants (partie à l'envers du cahier)

Rédigé par M. Doyen - -

Cette partie est placée à l'envers du cahier car elle sera traitée au fur et à mesure à différents moments tout au long de l'année.

Dans cette partie, nous allons apprendre à identifier un être vivant, nous chercherons un ou plusieurs points communs entre les êtres vivants et nous apprendrons à classer tous les êtres vivants.

I] Comment identifier un être vivant inconnu?

Activité n°1 ou 2 (selon les classes) : reconnaître quelques végétaux du collège en utilisant une clé de détermination

Activité n°1 ou 2 (selon les classes) : reconnaître quelques animaux présents dans une mare en utilisant une clé de détermination (séjour d'intégration à Mesnil Saint Père)

Les êtres vivants présentent des caractères qui permettent de les distinguer les uns des autres. Des clés de détermination permettent de les identifier et de trouver le nom de l'espèce. Sur Terre, il existe plus d'un million d'espèces d'êtres vivants tous différents ! On appelle l'ensemble des espèces présentes sur Terre, la biodiversité.

II] De quoi sont constitués les êtres vivants?

Pour le savoir, il faut observer différents êtres vivants à l'aide d'un microscope.

Activité n°3 observation microscopique d'épiderme (= peau) d'écaille d'oignon et réalisation d'un dessin d'observation.

IMPORTANT : comment faire un bon dessin d'observation?

voir les images de cellules d'oignon dans le livre page 158

Activité n°4 observation microscopique d'un deuxième être vivant : les cellules buccales de l'être humain

Activité n°5 observation microscopique d'un troisième être vivant : la paramécie (voir document 3 page 159 du livre de SVT)

La peau d'une écaille d'oignon est constituée de petites parties microscopiques collées les unes aux autres appelées des cellules (une). Chaque cellule possède une membrane (= le contour de la cellule), du cytoplasme (= le liquide à l'intérieur de la cellule) et un noyau.

Quelques exercices pour s'entraîner yes

 

Classé dans : 6ème - Mots clés : aucun

Chapitre 1 Les êtres vivants dans notre environnement

Rédigé par M. Doyen - -

I] Que trouve-t-on dans l'environnement du collège ?

Pour le savoir, il faut sortir dans le collège et faire une liste des différents éléments que l'on observe. Nous allons également mesurer certaines caractéristiques physiques du milieu à l'aide de l'appareil ci-dessous.

Activité n°1 une sortie dans le collège

Dans l'environnement du collège, on trouve :

  • des êtres vivants (animaux et végétaux) et leurs restes ou traces (plumes, toiles d'araignées, feuilles mortes) ;

  • des manifestations de l'activité humaine (bâtiments, routes, bancs, poubelles, casiers, etc.) ;

  • des composantes minérales non-vivantes et non produites par l'Homme (terre, eau, roches, air, etc.)

Exercice pour s'entraîner.

II] Pourquoi trouve-t-on plus d'hirondelles du côté sud que du côté nord ?

Les hirondelles préfèrent sûrement le côté sud car la température est plus élevée et la luminosité plus importante que du côté nord. Pour le vérifier, on réalise des mesures à l'aide de l'appareil ci-dessous.

Du côté sud, la température et la luminosité sont plus élevées que du côté nord. L'humidité est aussi plus faible. Les hirondelles sont plus nombreuses du côté sud car elles préfèrent ces conditions de vie.

Activité n°2 les préférences de quelques animaux

En SVT, le mot milieu désigne un endroit particulier.

Dans un milieu, les êtres vivants ne sont pas répartis au hasard mais selon les conditions de vie du milieu et leurs préférences.

Ainsi, certains êtres vivants préfèrent les endroits humides et frais (escargot, cloportes, mousse), d'autres les endroits secs et chauds (lézard), d'autres vivent dans l'obscurité (hérisson).

Classé dans : 6ème - Mots clés : aucun